CFD - COUPE DAVIS - Stade - Chauffage - Etude - Aéraulique
CFD - COUPE DAVIS - Stade - Chauffage - - aéraulique - thermodynamique - tube de courant - déplacement d'air

STADE PIERRE MAUROY

Mise en température du grand stade de Lille métropole en configuration coupe DAVIS.
Maître d’Ouvrage : ELISA
Mandataire : EIFFAGE


INEX : BET Thermo-Aéraulique


Description :

MOE mise en température du stade pour la finale de la Coupe DAVIS.:
• Conception/dimensionnement des systèmes thermiques
• Mesure sur site et analyse de l’aéraulique in-situ par test fumigènes

Simulation CFD globale de l’aéraulique du stade couvert :
• Modélisation de l’impact du vent par les fentes de désenfumage naturel sur le confort thermique
• Simulation des effets radiatifs des émetteurs IRC en CFD.
• Simulation des systèmes de chauffage à air et des installations scénique.
• Discrétisation de la température opérative par zone en fonction des conditions météorologiques.
• Mesure/validation des résultats en situation

Enseignements de la CFD et des mesures sur site

La CFD a pu mettre en avant :
• La prévision répartition de température
• le phénomène de recirculation d’air en zone centrale
• Les infiltrations d’air le long des ouvertures du rideau et du N4 restant à traiter
• Le préchauffage des masses (siège et terrain)

Les mesures et contrôle sur site ont permis
• De valider le principe de régulation et sa performance
• D’affiner les rampes de chauffe et lois de chauffe
• D’optimiser les plages de réduit afin de contrôler la température de la terre battue et éviter son assèchement
• De quantifier l’impact thermique du public
• De contrôler les armoires en situation d’exploitation

De manière simplifiée, les différences de pressions sont les forces motrices des courants d’air. En d’autres termes, l’air s’écoule d’un espace de forte pression vers un espace de faible pression, lorsque ces forces sont supérieures aux pertes de charges (frottement).

Comme pour la ventilation naturelle, la circulation de l’air est induite par deux forces motrices :
• Le tirage thermique a lieu lorsqu’une différence de température engendre une différence de densité de l’air entre l’entrée et la sortie d’un conduit. Cet effet est accentué par une plus grande hauteur de cheminée. « L’air chaud a tendance à monter ».
• La répartition des pressions et dépressions induits par le vent sur l’enveloppe du bâtiment.

Avec une importance moindre, l’hygrométrie ambiante cause aussi un mouvement d’air, étant donné que l’air humide est plus léger que l’air sec. Par conséquent, l’air humide monte en raison de sa densité plus faible (exemple du cycle hydrologique), même si sa température est identique à celle de l’air sec.

Vers les autres projets

CENTRE CULTUREL

Représentation des tubes de courant dans le cadre d'une étude de l'age moyen de l'air, optimisation du renouvellement d'air

Etude d’un EHPAD

Effet venturi urbain

Etude du Pavillon – 6

Coefficient de pression - externe - aéraulique - ventilation naturelle - bureau d'étude

Autres références

Close
Go top